Abandonware Magazines

  • Forum
  • Historique du site
  • F.A.Q. du site
  • Faire un lien vers le site
  • Définition de l'abandonware
  • Anciennes définitions
  • F.A.Q. sur l'abandonware
  • Histoire de l'abandonware
  • Avis des webmasters
  • Avis des développeurs
  • Avis des éditeurs
  • Avis des journalistes
  • Liens sur l'abandonware
  • Articles sur l'abandonware
  • Liste de jeux abandonwares
  • Liste de jeux non abandonwares
  • Liste d'associations
  • Les avis des éditeurs de jeux vidéo
  • Bethesda Softworks
  • Cobra soft
  • Cryo
  • Delphine Software
  • Eidos
  • Infogrames - Atari
  • Lankhor
  • LucasArts
  • Microïds
  • Mindscape
  • Silmarils
  • The Bitmap Brothers
  • UBI Soft
  • Vivendi Universal Games
  •  
    Cliquez ici si vous souhaitez donner votre avis

    Bethesda Softworks
    Le jeu "The Elder Scrolls : Daggerfall" n'est pas abandonné par l'éditeur et ne doit donc pas être présent sur un site d'abandonware.

    Cobra soft
    Définition de l'abandonware :
    Pour la définition, pourquoi pas... Quelque part la durée de 5 ans me semble faible car il apparait que ce n'est pas si long... On voit d'ailleurs que l'évolution des techniques peut réserver des surprises ! Les téléphones portables actuels permettent de programmer des jeux dont les caractéristiques techniques sont plus proches des machines d'il y a 15 ans que des consoles actuelles. Qui aurait prédit cela ?
    Tout cela pour dire qu'un jeu réputé mort ou obsolète pourrait très bien retrouver une jeunesse bien plus tard...
    Il me parait aussi évident que la recherche de l'accord des ayant-droits devrait être systématique.

    Je vois l'intérêt des sites d'abandonware car ils permettent de garder - ou retrouver - trace d'une mémoire qui disparait peu à peu faute d'avoir mis en place à temps des procédures adaptées.

    A mon sens, plutôt que de multiplier les sites d'abandonware la tâche de sauvegarde patrimoniale devrait être effectuée par un organisme culturel d'état. Il est en effet temps que la culture du jeu vidéo soit reconnue.

    Est-ce que plutôt qu'un "ring" des sites d'abandonware, il n'y aurait pas une logique de centralisation ? Avec les moyens correspondants : archivage, émulateurs, machines, archives papiers...

    Mais le premier pas serait sans doute de reconnaitre le travail, d'encourager et d'aider les webmestres de ces sites et les collectionneurs !

    Cet aspect patrimonial est un des volets de la Cité du jeu vidéo en projet à Lyon et dont je m'occuppe.

    Avis sur l'abandonware :
    Pour les accords de diffusion, cela ne me pose aucun problème pour les vieux jeux dans les conditions que tu indiquais (pas de cession du droit d'auteur, pas de droit de suite...).
    Je l'ai d'ailleurs accepté pour tous les "fans" qui souhaitaient diffuser des jeux émulés.

    Cryo
    Avis sur l'abandonware :
    Bonjour,

    A partir du moment ou un logiciel est diffusé, même à titre gratuit, sur internet (ou par tout autre moyen) sans l'accord de l'éditeur, il s'agit d'un acte de contrefaçon, par définition illégal.

    Nous ne cherchons ni ne poursuivons nous-mêmes les auteurs de contrefaçons ou de recel de contrefaçons, mais nous nous associons systématiquement aux procédures engagées par le SELL (Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs) en nous portant partie civile dès lors que nos titres ont été contrefaits.

    Je dirais que "l'abandonaware" nous concerne assez peu, nous n'avons quasiment pas de titres dont nous sommes éditeurs qui ne seraient plus disponibles dans le commerce. Et bien entendu pour ceux qui sont en vente nous ne saurions être tolérants. Pour les titres dont nous n'avons assuré que le développement c'est en général l'éditeur qui a intérêt pour agir et qui agit, ou non, en fonction de sa propre politique.

    Pour finir, je dirais que vis à vis de certains titres épuisés, non disponibles dans le commerce, assez anciens et présentant un intérêt particulier ou illustrant différentes étapes de "l'histoire des jeux vidéo", nous sommes disposés à accorder - si nos conventions avec les équipes et les auteurs, voire nos contrats de licence, nous le permettent - d'examiner favorablement des demandes de la part de sites sérieux, offrant toutes les garanties de respect des droits moraux des différents intervenants (visibilité du packaging, des crédits, des copyrights, du manuel d'utilisation etc...).

    Mais il est évident que nous ne pouvons tolérer la diffusion de nos titres sans notre accord et bafouant les droits les plus élémentaires des auteurs et éditeurs.

    Delphine Software
    Delphine n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.
    (Ce qui est aussi le cas pour sa filiale Adeline)

    Eidos
    Eidos n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.

    Infogrames - Atari
    Infogrames n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.

    Lankhor
    La libre distribution des titres de Lankhor sortis avant 1995 est tolérée.

    LucasArts
    LucasArts est opposé à l'abandonware, donc aucun de ses jeux ne peut être considéré comme abandonware.

    Microïds
    Microïds n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.

    Mindscape
    Mindscape n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.

    Silmarils
    Silmarils n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.

    The Bitmap Brothers
    The Bitmap Brothers sont opposés à l'abandonware, donc aucun de leurs jeux ne peut être considéré comme abandonware.

    UBI Soft
    UBI Soft n'a pas souhaité donner son avis sur l'abandonware.

    Vivendi Universal Games
    Avis sur l'abandonware :
    Nous ne cautionnons pas l'abandonware.
    (A noter que Vivendi Universal Games possède Sierra et Blizzard)

    Donnez votre avis sur l'abandonware !
    Pour donner votre avis sur cette page, il est nécessaire que votre société ait réalisé ou publié au moins un jeu vidéo avant 1995.

    Si vous remplissez cette première condition, il ne vous reste qu'à m'envoyer un mail (fred@lankhor.net) en répondant aux 3 questions suivantes :
    1) Pouvez vous présenter votre société ?
    2) Votre avis sur l'abandonware ?
    3) Quelle serait la définition de l'abandonware qui vous conviendrait ?

    Si par la suite, vous souhaitez modifier vos réponses, envoyez moi un mail (fred@lankhor.net) et signalez moi les changements à opérer.

      © 2002-2016   -   Mentions légales